citations

Livre: George Perec " tentative d'épuisement d'un lieu parisien"

 

 « L’art ne reproduit pas le visible, il rend visible » Paul Klee

 

« Nous nous servons de nos yeux pour voir. Notre champ visuel nous dévoile un espace limité : quelque chose de vaguement rond, qui s’arrête très vite à gauche et à droite, et qui ne descend ni ne monte bien haut. En louchant, nous arrivons à voir le bout de notre nez ; en levant les yeux, nous voyons qu’il y a un haut, en baissant les yeux, nous voyons qu’il y a un bas : en tournant la tête, dans un sens, puis dans un autre, nous n’arrivons pas à voir complètement tout ce qu’il y a autour de nous ; il faut faire pivoter le corps pour tout à fait voir ce qu’il y avait derrière.

Notre regard parcourt l’espace et nous donne l’illusion du relief de la distance. C’est ainsi que nous construisons l’espace : avec un haut et un bas, une gauche et une droite, un devant et un derrière, un près et un loin.

Lorsque rien n’arrête notre regard, notre regard porte très loin. Mais s’il ne rencontre rien, il ne voit rien ; il ne voit que ce qu’il rencontre : l’espace, c’est ce qui arrête le regard, ce sur quoi la vue bute : l’obstacle : des briques, un angle, un point de fuite : l’espace c’est quand ça fait un angle, quand ça s’arrête, quand il faut tourner pour que ça reparte. Ca n’a rien d’ectoplasmique, l’espace ; ça a des bords, ça ne part pas dans tous les sens, ça fait tout ce qu’il faut faire pour que les rails de chemin de fer se rencontrent bien avant l’infini. »

Georges Perec Espèces d’espaces.

 

"On laisse un peu de soi-même en toute heure et dans tout lieu" Edmond Haraucourt, Ronde de l'Adieu.

 

"Si votre quotidien vous paraît pauvre, ne l'accusez pas. Accusez-vous vous même de ne pas être assez poète pour appeler à vous ses richesses" René Nelli

 

"La mélancolie et la nostalgie font partie de la vie. Un bon moment que l'on passe est forcément mélancolique. On est très, très content, mais quelque chose nous dit, dans un coin de notre tête que ça va passer; et que c'est passé. C'est fait. La mélancolie c'est la conscience profonde que nous ne sommes que de braves petits êtres en quête d'autre chose, mais qu'on ne saura jamais quoi. Et quand on le saura, ce sera grave" Sempé.

 

"...pour moi l'Art se définit simplement comme la façon dont sont reçues et assimilées les impressions du monde extérieur. Bien entendu, il est intéressant de se demander si certains artistes ont su choisir l'art qui leur convenait pour s'exprimer. Ou si un talent spécifique ou un concours de circonstances peut vous guider vers telle ou telle forme d'art. Mais l'important, je crois, est de ne pas s'arrêter. J'imagine que lorsqu'on cesse de nager pendant longtemps, les muscles s'ankylosent. Eh bien, si vous arrêtiez le dessin, c'est la tête, la main, les yeux qui finiraient par rouiller. Au bout d'une assez longue période, peut-être seriez-vosu incapable de vous y remettre. Cela dit, je connais un homme qui dessinait, pas très bien mais d'intéressante façon, et qui est allé vivre dans une ferme, en Amérique du Sud, pendant six ou sept ans; lorsqu'il est revenu, il s'est remis au dessin. C'était sans doute plus fort que lui." Esther Freud, La maison mer

 

"Certains artistes, écrivait Henry, commettent l'erreur de se fixer des critères de beauté. Ils choisissent de ne peindre que ce qui est en conformité avec cet idéal. Or c'est là une attitude de critique, non d'artiste. Si vous la comparez à celle de Degas, Manet, Monet ou Pissarro, qui tous, comme des enfants, allaie...nt quérir dans la nature une nouvelle forme de beauté, et dont les oeuvres montrent que celle-ci existe partout, alors vous comprendrez que la critique ne mène nulle part, tandis que ces peintres sont comparables à un fleuve qui vous emporte partout où vous aller." Extrait de"La maison mer" Esther Freud.

 

"Le plaisir, c'est le miracle! C'est comme le coup de foudre, c'est comme, je ne sais pas comment dire, moi, comme le sentiment amical ou le sentiment amoureux. Je crois qu'on ne peut vivre que parce qu'il n'y a que des miracles qui comptent...Pour le reste : il y a les sociologues, il y a tout ce que vous voulez. Nous sommes armés pour beaucoup de choses, sauf pour l'essentiel, cette chose ineffable et inexprimable qu'est le miracle." Sempé.


 

"Quand je me suis mis à dessiner, c’était peut-être une sorte de thérapie,
j’ai eu envie de dessiner des gens heureux. De faire du dessin humoristique
avec des gens heureux. Ce qui est de la folie. Mais ça c’est mon caractère."

 



05/09/2011
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 10 autres membres